Infirmières bulgares et médecin palestinien

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8345275ff69e200e5507743918834

Listed below are links to weblogs that reference Infirmières bulgares et médecin palestinien:

Le 9 février prochain sera le jour anniversaire de leur arrestation.

Il entrent dans leur neuvième année de détention, affrontent leur seconde peine de mort, se trouvent pour la seconde fois dans le couloir de la mort, dans un pays qui exécute les peines capitales.

Ils devront affronter une nouvelle instance devant la Cour suprême de Libye qui durera une année, et qui prolonge d'autant leur calvaire et l'incertitude dans laquelle ils se trouvent.

Cette procédure risque d'aboutir à une nouvelle condamnation à mort et donnera éventuellement lieu à des procédures internationales devant les instances internationales (africaines et onusiennes).

Nul d'entre eux ne voit l'issue du tunel.

Nous devons les soutenirfermement, à un moment où la France a invité officiellement Kadhafi au sommet France-Afrique qui se tiendra à Cannes à partir du 15 février ...

Rendez-vous au rassemblement annuel de soutien, le 9 février prochain à 18 H 45, à proximité de l'ambassade de Libye, au croisement entre la rue de la Faisanderie et de la rue Bedouville, 75116 PARIS.

Antoine Alexiev - Avocat

Commentaires

INTERVENTION D'ANTOINE ALEXIEV...
Soirée de SOUTIEN AUX INFIRMIERES ET AU MEDECIN organisée par LE COLLECTIF SIBEL...

"Bonsoir... Je voudrais, tout d'abord remercier Thierry Vernet pour le travail qu'il fait parce que c'est quand même un travail exceptionnel et aussi "ceux" qui nous accueillent ici...

Aujourd'hui et demain, nous sommes en train de célébrer le huitième anniversaire de l'arrestation des infirmières bulgares et du médecin palestinien...
C'est une affaire qui commence à saisir l'opinion publique internationnale et qui est d'une gravité extrême, dont on a pas encore mesuré toutes les implications...
C'est une affaire qui est excessivement grave, d'abord parce qu'il y a une vraie épidémie du sida qui est horrible, qui touche des enfants, qui touche des familles qui sont démunies et qui ne savent pas quoi faire...

C'est un véritable problème humanitaire et sanitaire qui doit être réellement pris en charge, pris en mains...
Il y a, face à ce problème, la réaction des autorités libyennes qui ont trouvé comme meilleur moyen de défense, contre cette épidémie, de choisir des boucs-émissaires qui sont bien sûr des personnes totalement innocentes...

J'insiste sur ce point parce que les infirmières bulgares et le médecin palestinien sont arrivés en Libye après le déclenchement de l'épidémie...
Le comité scientifique dit qu'il n'y a pas pû y avoir d'acte volontaire dans cette épidémie...

Or, depuis huit ans maintenant :
- six personnes ont été mises au secret, n'ont pas eu d'avocats au début...
-Ils ont été torturés...
- Ils ont été obligés d'avouer eux-mêmes des choses que, bien sûr, ils n'ont pas envisagé de faire...
- Ils ont été condamnés à mort deux fois...
- Ils sont, pour la seconde fois, dans le couloir de la mort, et bien sûr, tout ça a déjà beaucoup trop duré...

Alors, puisqu'on entame la neuvième année de détention, moi, je tiens à tenir un discours qui doît être très ferme et sans aucun ménagement pour personne...

Ca fait deux ans que je suis dans cette affaire...
Donc, je rappelle les noms : Emmanuel Altit, Ivan Panef, Mariana Petrova et moi-même, vont défendre les infirmières bulgares... François Quantier, pour défendre Ashraf, avec le soutien très sérieux et omniprésent d'Avocats Sans Frontières, Ensemble Contre la Peine de Mort, le Collectif Sibel, la Cooalition Mondiale Contre la Peine de Mort, etc. ...

Donc, il y a un très gros effort qui est fait...
Et, nous sommes obligés de constater qu'on reste dans un état d'échec permanent, c'est-à-dire que depuis huit ans, rien n'a changé dans cette affaire...
C'est-à-dire que la justice libyenne est, bien entendu, totalement inéquitable, et face à cette justice totalement inéquitable, les pouvoirs occidentaux sont totalement démunis...

Il faut bien prendre en compte la situation...
On est face à un état qui est ultra-puissant, c'est-à-dire qu'il a, dans ces geôles, six innocents qui sont désignés à être excécutés, et en fait il y a toute la communauté occidentale (bien sûr, les Bulgares, en tout premier chef), mais aussi toute une autre partie :
- plus particulièrement la France,
- plus particulièrement l'Angleterre,
- Plus particulièrement les Etats-Unis, qui cherchent à négocier avec kadhafi, seulement pour avoir un retour d'otage...
Et, ça n'a rien changé depuis huit ans...
Il y a un constat d'échec total...

C'est-à-dire qu'aucun état occidental n'a réussi à faire modifier la donne...
Donc, il y a un échec au niveau judiciare, un échec flagrant au niveau diplomatique...
Ca, c'est quand même un constat qu'on est obligé d'observer!..

Face à cette situation qui est quand même gravissime, il faut souligner la chose suivante :
- Kadhafi a signé toutes les conventions internationales, concernant "les droits de l'homme" d'une manière générale et, bien sûr, il y a une facade qui lui permet de dire :
- je respecte tout ceci et tout cela...
Hors, il en est strictement rien!...
- KADHAFI NE RESPECTE RIEN !!!

Et nous sommes dans une situation où tous les occidentaux sont obligés de négocier avec lui et bien en-dehors de ce qui a été signé de toutes les conventions internationnales...
C'est-à-dire que, réellement, on est face à un dictat qui veut :
- réintégrer la communauté internationnale,
- qui connaît bien la réthorique internationnale et qui s'en joue très allègrement et acec beaucoup de maîtrise...

Aujourd'hui, on est dans une situation où Seif al-Islam kadhafi, donc le fils aîné de kadhafi, s'est désigné comme le représentant de son père pour négocier dans ce dossier, car il faut une vraie autorité officielle qui veuille discuter sur ce sujet...
Et, cette autorité officielle, qui demande une indemnité sérieuse et la restitution d'Ali el-Megrahi, donc, le garçon qui a été condamné pour l'attentat de "Lockerbie "...

C'est une véritable catastrophe parce que dans tout système occidental, lorsqu'une affaire est pendante dans un tribunal, elle n'est mélangée à aucune autre affaire...
On ne va pas faire dépendre le sort d'un accusé d'une affaire qui ne le concerne en rien!...
C'est vraiment scandaleux de procéder de cette façon-là!...
En plus, le procès de Lockerbie est déjà achevé...
Et là, on est dans un procès en cours!.. Faire la jonction entre les deux procès, c'est inconcevable, c'est vraiment inconcevable!!!
A ça, nous avons la communauté internationnale occidentale qui joue le jeux, qui rentre dans cette négociation qui ne devrait même pas être envisagée un seul instant!...
On ne peut pas lier ces deux affaires!... Elles sont totalement indépendantes...

Alors, ce qui est le plus grave dans toutes ces affaires...
Et là, je vais m'en prendre directement aux autorités françaises qui sont, dans cette négociation-là ...
Nous avons des négociations qui concernent six personnes qui sont en libye :
- hors, ces six personnes n'ont jamais été interrogées sur les conditions de la négociation, sur les termes du marchandage!!!...
- Elles ignorent tout de ce qui se discute!!!...
- Leurs avocats aussi !!! ...

Nous sommes leurs représentants...
Nous sommes les avocats des infirmières...
Il y a l'un d'entre nous qui est l'avocat du médecin palestinien... Personne d'entre nous n'est informé de l'état des négociations,

ce qui est absolument scandaleux! ...

Alors, ça rappelle le dix-neuvième siècle où les grands dirigeants de l'époque discutaient entre eux du sort de tel territoire, donc de telles population squi n'étaient jamais intérrogées, qui n'étaient jamais consultées sur leurs devenir,s et on les traitaient comme des marchandises, comme des troupeaux...
Alors là, cette négociation, c'est un peu comme une négociation, sur, je ne sais pas, n'importe quelle marchandise ; on va prendre des sacs de patates, c'est exactement pareil!...

Il n'y a aucun égard pour les personnes qui sont concernées et qui sont l'objet-même de la négociation...

Moi, ce que je veux absolument dire, c'est que : rien ne pourra aboutir dans cette affaire sans que les infirmières elles-mêmes et leurs avocats, ne soient d'abord interrogés, et qu'il aient leur mot à dire...

Donc, je veux absolument insister sur cet aspect-là parce qu'on est dans un dossier qui est éminemment politique, où, bien sûr, la procédure, c'est de la pure façade!...

C'est, tout de même les Libyens, eux-mêmes, qui le reconnaissent et qu'on est dans un domaine politique où il y a de la négociation sur la vie et sur la liberté de personnes qui ont déjà été torturées et qui sont condamnées pour la deuxième fois à mort!!!...

Et bien, CETTE NEGOCIATION NE PEUT PAS SE PASSER SANS LES INTERESSES ET SANS LEURS AVOCATS..."

Maître Antoine Alexiev

Rédigé par : Mireille Bayet | 24 fév 2007 18:39:05

Cette soirée de soutien à eu lieu le jeudi 8 février 2007...
Au "Centre International de Séjour de Paris"...

Rédigé par : mireilleb | 25 fév 2007 16:37:53

je voulais manifester mon soutien à votre action

Rédigé par : silvestre | 6 mar 2007 12:08:32

Un fest-noz de soutien aura lieu en Bretagne, à Tréflaouénan, le 7 mai prochain à 21 h. Des affiches de soutien aux infirmières ont été imprimées et sont disponibles à l'envoi postal sur simple demande. Des maires sont partie prenante de la mobilisation. Tout cela en lien avec le collectif SIBEL. Ecrivez-moi... merci.
Association coorganisatrice du fest-noz : Kendoniet (courriel à ce nom chez free.fr)

Rédigé par : Kobis | 20 avr 2007 10:32:41

les informations que je vais vous donner ne concernent pas directement les infirmières bulgares et le médecin palestinien... en revanche, elles concernent la "BULGARIE" et la Bulgarie est l'âme des infirmières... en voici donc le contenu...

L'ASSOCIATION ECHANGES RHONE-ALPES-BULGARIE, en accord avec la Drection des Relations internationales de la ville de LYON et avec le soutien de l'AMBASSADE de BULGARIE en FRANCE organisent un MINI-FESTIVAL destiné à donner "UNE AUTRE IMAGE DE LA BULGARIE"...

- le 5 JUIN à 20h... à L'EMBARCADERE...
. MARIO STANTCHEV, mélange entre JAZZ, ORIGINES BULGARES et
MUSIQUE CLASSIQUE...

- le 6 juin à 20h... à L'EMBARCADERE...
musique de chambre...
TRIO "SOFIA"...
. VASSIL DEITCHEV, violon,
. SYLVIA STANTCHEVA, violoncelle,
. MILEN PETRVO, piano...

- le 9 juin à 20h30... EGLISE SAINT-POTHIN...
RECITAL d'ORGUE...
. VELIN LLIEV

- le 12 juin à 20h... à l'EMBARCADERE...
RECITAL de PIANO...
. MILEN PETROV

réservations et billets par courrier (assocerab@free.fr) ou à l'entrée... 04 72 44 99 93

Rédigé par : mireille bayet | 24 mai 2007 00:32:49

Interview de Maître EMMANUEL ALTIT sur rfi...

"- bonjour Emmanuel Altit... vous qui rentrez de tripoli avec deux nouvelles, une bonne et une mauvaise, on va commencer par la mauvaise puisque la cour suprême libyenne a confirmé la peine de mort contre les cinq infirmières bulgares et le médecin que vous défendez... ça a dû être un choc, j'imagine, pour eux après ces huit années de procédure... comment ont-ils accueilli cette décision?

- ils l'ont mal accueillie... vous imaginez leur état depuis huit ans, leur état tant physique que psychologique... ils sont vraiment dans une situation extrêmement difficile et la décision de la cour suprême qui a confirmé la peine de mort a été un coup supplémentaire qui leur a été porté... c'est la fin d'un processus judiciaire... il n'y a donc plus de recours et vous imaginez facilement leur état d'esprit et leur tristesse... ils m'ont chargé de transmettre un message à tous ceux qui les soutiennent et à l'opinion publique internationale... il est clair, pour eux, et ils ont raison parce qu'ils sont particulièrement lucides... il est clair pour eux que, si une solution n'est pas trouvée dans les semaines qui viennent, le pire est à craindre...

- mais la bonne nouvelle, c'est une lueur d'espoir symbolisée d'ailleurs par la visite de Madame Sarkozy en Libye hier... et cette possibilité d'un arrangement qui permettrait de sortir ces six personnes de leur prison...

- c'est vrai, il y a un certain nombre de signes encourageants... le premier signe le plus manifeste a été l'accord signé entre la fondation kadhafi et les représentants des familles lybiennes victimes de l'épidémie du sida, dans la nuit du mardi au mercredi, portant, "et" sur le montant de l'indemnisation à verser aux familles de ces victimes du sida, "et" sur les modalités d'attribution de cette indemnisation...
autre chose a été la visite, hier, de Madame Sarkozy aux infirmières et aux familles libyennes victimes du sida... c'est, de mon point de vue, une excellente chose... d'abord, cela a contribué à rassurer les infirmières qui ont pu constater de visu, matériellement, l'implication des diplomaties occidentales et particulièrement de la diplomatie française... et elles ont compris aussi une seconde chose qui est que la visite de Madame Sarkozy, ayant été précédée de discutions avec la partie libyenne, les Libyens se sont engagés sur un certain nombre de points, ce pourquoi la visite a eu lieu...
nous sommes donc dans une logique vertueuse, dans une dynamique positive... tout cela est tout à fait satisfaisant... quant à la visite de Madame Sarkozy, nous nous en félicitons...

- rapellons, en quelques mots, Emmanuel Altit, les raisons de la condamnation et les doutes sur la culpabilité réelle des condamnés...

- les raisons de la condamnation : les infirmières bulgares, qui étaient des coopérantes, comme nous avons des coopérants dans les anciens pays d'influence française, ont été rafflées un beau jour et accusées d'avoir transmis, sciemment, le virus du sida, à la demande des Américains de la CIA et du Mossah, à 450 enfants libyens...
en plus de cela, elles ont été accusées de relations sexuelles illégales, de consommation de drogue et d'alcool, ce pourquoi elle ont été aussi condamnées "je tiens à le préciser"...
il y a donc là un élément très intéressant ; elles ont été condamnées en tant que "femmes occidentales", d'une certaine manière... à partir de là, les Libyens ont demandé que l'on leur verse la somme de 10 millions d'euros par famille de victimes libyennes du sida et, un certain nombre de discutions ont eu lieu...
dans le même temps, les infirmières étaient condamnées une première fois à mort en mai 2004, condamnation cassée par la cour suprême libyenne, puis condamnées à nouveau le 19 décembre dernier encore à la peine de mort et cette peine de mort a été confirmée il y a deux jours...

- donc, 400 enfants contaminés, ce drame-là ne trouvera jamais de dénouement heureux (une pensée pour eux et leurs familles bien sûr)... vont-ils pouvoir bénéficier de soins en France?... c'est peut-être déjà le cas?

- c'est déjà le cas depuis bien longtemps... le gouvernement français et les contribuables français participent à l'aide qui est attribuée aux enfants libyens qui sont victimes du sida...
ils sont "tous", "je dis bien tous", été soignés, soit dans les hôpitaux français, soit dans les hôpitaux italiens... parallèlement, l'Union Européenne a mis en place, il y a deux ans maintenant, un programme d'aide sur place et notamment à l'hôpital de Benghazi, un programme qui est tout à fait efficace...
donc, l'Union Européenne, soit "en temps que telle", soit par l'intermédiaire des gouvernements occidentaux, notamment français, a un rôle tout à fait important et participe à la résolution de ce problème sanitaire...

- revenons au cas des infirmières et du médecin... comment expliquer que la cour libyenne confirme la peine de mort alors que l'arrangement que vous évoquez est sur le point d'aboutir?

- de notre point de vue, la confirmation de la peine de mort est une déception puisque d'un point de vue légal, nous considérons qu'il n'y avait rien dans le dossier sinon des confessions extorquées sous la torture dont nous avons la preuve, la violation des dispositions procédurales et des standarts internationaux et la violation des droits de la défense des infirmières et du médecin...
par conséquent, c'est une décision "décevante"... ça, c'est sur le plan juridique... les discutions dont on parlait, se placent sur un plan plus politique... il s'agit véritablement de négociations...
je voudrais revenir juste un instant sur une question que vous m'avez posée tout-à-l'heure en parlant de l'innocence...

"en général, nous n'avons jamais la preuve de l'innocence de quelqu'un"... c'est une "preuve impossible" par définition !...
or, il se trouve que "là", nous avons la preuve de l'innocence des infirmières...
pourquoi ? parce que depuis maintenant presqu'un an, nous sommes soutenus par les plus grands spécialistes mondiaux du sida... vous savez que "114 prix nobels" se sont mobilisés pour nous soutenir et pour soutenir les infirmières et le médecin... ce qui est "un record mondial"... et parmi eux, les meilleurs spécialistes du sida... et, ils ont reconstitué la généalogie du virus....
or, en la reconstituant, ils ont prouvé scientifiquement que les infirmières et le médecin ne pouvaient pas être à l'origine de cette contamination...

- est-ce que la pression qu'exercent les gouvernements bulgares et français, notamment, joue un rôle dans le déroulement des négociations?

- oui, la pression qu'exercent les gouvernements occidentaux, notamment américains, anglais et français, est tout à fait déterminante... la visite de Cécilia Sarkozy s'inscrit dans cette demande volontariste de la nouvelle diplomatie française, qui est une diplomatie qui recueille les fruits de son activité...

donc, il est très important que les diplomaties continuent de se mobiliser... il est tout aussi important, peut-être "plus important encore" que les opinions publiques internationales se mobilisent en ce moment-même, et que les médias continuent à soutenir les infirmières, car tout va se décider dans les jours prochains...
il sera très important de mettre sous pression "et" les autorités libyennes, "et" les autorités occidentales...

- est-ce que cette affaire pourrait, Emmanuel Altit, devenir une espèce de mauvais exemple ; condamner des gens innocents dans le but d'obtenir d'éventuelles compensations financières?...
est-ce que ce marchandage auquel on assiste pourrait faire école?

- les enjeux, dans cette affaire, sont tout a fait considérables parce qu'au delà des demandes financières, il y a des demandes géo-politiques, économiques... la question d'immigration...
vous savez que la Libye est devenue la porte ouverte dce l'immigration clandestine vers l'Europe depuis que le Maroc a fermé ses frontières... la Libye est devenue un eldorado, notamment pétrolier et gazier...
il y a de gros contrats en jeu... il y a toutes sortes de choses que vous connaissez... les enjeux sont tout à fait considérables et dépassent de loin la vie des infirmières...
c'est pourquoi nous souhaitons que l'on trouve rapidement une solution...
nous espérons, évidemment, que cette affaire tout-à-fait emblématique et étonnante ne se renouvelle pas...

- la justice libyenne doit rendre le 18 juillet, je crois, son jugement dans un autre procès intenté par un officier de police, cette fois-ci pour diffamation après des accusions de tortures de la part des infirmières...
où en est-on de cette procédure-là?

- ça avait été notre première action lorsque nous avons été saisis par les infirmières bulgares à la fin de l'année 2004... nous avons entamé une procédure en Libye contre les officiers de police libyens qui avaient admis, qui avaient confessé par écrit, avoir assisté aux tortures qu'avaient subies les infirmières et le médecin palestinien...
je vous rappelle qu'elles ont été, non seulement "battues", "sexuellement harassées", mais encore "torturées à l'éléctricité"...
il se trouve que ce n'était pas une véritable surprise ; la cour libyenne a considéré les officiers de police "innocents"...
elle n'a pas dit qu'il n'y avait pas eu de tortures, elle a considéré les officiers de police "innocents"...
ces officiers de police ont vu cette relaxe confirmée en appel... depuis lors, mais cela fait partie du théâtre d'ombres qui s'est joué et qui se joue encore...
et, depuis lors, se considérant innocents, et injustement accusés, ils ont attaqué les infirmières...
tout celà, entre nous, n'a pas une grande importance...

- deux mots des échéances maintenant?

- une très importante échéance, c'est la réunion du Grand Conseil Judiciaire qui, dans son entité politico-judiciaire libyenne, qui se réunit lundi prochain et qui pourrait, compte tenu de l'accord financier avec la Fondation Kadhafi, si les familles se considéraient justement indemnisées ; elle pourraient, en vertu de la charia qui est le droit coutumier, le droit tribal, renoncer à leurs exigeances de voir les infirmières condamnées à mort et, s'estimant justement indemnisées, pourraient solliciter la clémence de ce conseil... lequel prendrait acte de cette renonciation et pourrait commuer, d'une manière ou d'une autre, la peine de mort en toute autre peine...
ce qui ouvrirait la voie à une solution...

mais pour nous, il n'y aura de solution que lorsque le cauchemard des infirmières et du médecin prendra fin!...

"et ce cauchemard ne prendra fin que lorsqu'ils mettront le pied en Europe"...

Rédigé par : mireilleb | 17 juil 2007 18:40:37

Malheureusement, il n'est pas a son coup d'essai en terme de manipulations
http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=624&Itemid=60

Rédigé par : jean | 30 juil 2007 23:19:40

un petitv message pour vous dire qu'il est particulièrement plaisant de lirevotre blogb;)

Rédigé par : Lavoux | 30 juil 2008 20:21:03

Si no llega a ser por ti no me hubiese enterado de nada, asi que muchisimas gracias por toda la informacion.

Rédigé par : Videos | 18 juin 2011 13:50:49

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.